Investir dans l'immobilier locatif : tout ce qu'il faut savoir

Vous pensez à investir dans l’immobilier pour placer votre argent ? Appelé à prendre de la valeur au fil du temps, l’achat d’un bien immobilier vous permet de mettre votre bien en location et d’encaisser des loyers pour arrondir vos fins de mois. L’aventure de l'investissement locatif peut sembler complexe. Vous vous demandez sûrement comment optimiser votre investissement et réussir au mieux votre projet. Alors, que faut-il savoir pour se lancer dans l’immobilier locatif ? Studapart vous explique tout !


L’investissement locatif, qu’est-ce que c’est ?

 

L’investissement locatif est une pratique qui consiste à acheter un logement (un appartement, une maison, un studio…) pour le mettre en location. C’est une bonne manière de percevoir chaque mois des revenus complémentaires, et de se constituer un patrimoine

 

Pour encourager les futurs investisseurs à se lancer dans l’immobilier locatif, plusieurs dispositifs de défiscalisation ont été mis en place (loi Pinel, LMNP, loi Malraux, etc.). Ils permettent d’optimiser votre investissement locatif en réduisant l’impôt sur le revenu. 

 

Connaître le fonctionnement et les conditions d’éligibilité de ces dispositifs vous sera donc d’une grande aide. On vous propose un panorama de tous les éléments importants à prendre en compte pour réussir votre projet, trouver des locataires et vous assurer un bon rendement locatif.


Comment se lancer dans l’immobilier locatif ?

 

Que vous envisagiez de vous lancer dans votre premier investissement locatif ou que vous ayez déjà une expérience dans ce type d’investissement, on vous conseille de procéder en étapes. Les voici !

 

Définir votre projet immobilier

 

Commencez d’abord par définir votre projet. Demandez-vous ce que vous souhaitez faire de votre logement. Dans quel type de logement souhaitez-vous investir ? Souhaitez-vous percevoir des loyers sur une période plutôt courte ou longue ? Peut-être souhaitez-vous reprendre le logement d’ici quelques années pour en faire votre résidence principale, ou pour loger vos enfants ? 

 

Etablir votre plan de financement

 

De quel budget disposez-vous ? Cette question va être déterminante pour choisir le type de logement dans lequel vous allez pouvoir investir (maison ou appartement, grande ou petite surface, ancien ou neuf). Rappelez-vous que vous pouvez combiner un apport personnel avec un crédit immobilier. Cela vous permet d’augmenter votre budget global, et d’élargir vos possibilités d’investissements. La clé est d’obtenir un prêt un taux d’intérêt attractif, de façon à réduire vos mensualités et dégager un plus grand bénéfice de vos loyers.

 

Choisir la localisation du logement

 

La question de l’emplacement du bien est aussi primordiale. Les prix du marché immobilier ne sont pas les même selon les villes et les zones géographiques. Les grandes agglomérations ou certaines régions où la demande de logement est forte, comme l’Île-de-France, vous permettront de louer votre bien sans difficulté et d’optimiser la rentabilité de votre investissement

 

Louer vide ou meublé ?

 

Il vous faudra aussi décider si vous souhaitez louer votre logement vide ou meublé. La location meublée est souvent considérée comme plus rentable que la location vide. Elle offre les avantages d’un fonctionnement plus souple, avec des loyers plus élevés et une fiscalité plus favorable (les revenus issus de ce type de location sont déclarés au titre des Bénéfices industriels et commerciaux et non en tant que revenus fonciers). Néanmoins, la location meublée entraîne aussi un renouvellement plus fréquent des locataires et expose davantage au risque de vacance locative.

 

Trouver votre locataire

 

Enfin, il vous faudra trouver un locataire. Pour cela, vous pouvez vous lancer vous-même dans cette tâche ou bien la confier à un professionnel. Faire appel à une agence immobilière pour assurer la gestion locative de son parc immobilier vous permet de déléguer tout le travail de recherche de locataire, la rédaction de chaque bail, le versement des charges au syndic de l’immeuble, etc. Elle pourra aussi vous proposer de souscrire une assurance loyers impayés afin d’éviter les déconvenues. Toutefois, ce choix comporte un coût (8 à 15% en moyenne du montant annuel des loyers).

 

Les différents types d’investissement locatif

 

Il existe différents types d’investissement locatif. Selon le type d’investissement locatif dans lequel vous vous lancez, vous pouvez bénéficier de certains avantages fiscaux

 

La loi Pinel

 

La loi Pinel concerne les investissements dans le neuf. Elle permet d’obtenir jusqu’à 63 000€ de réduction fiscale. Toutefois, il faudra vous engager à louer votre bien dans la durée, la réduction d’impôt augmentant en fonction du nombre d’années où vous mettez votre logement en location. Pour une durée de location de 6, 9 ou 12 ans, vous bénéficiez ainsi d’une réduction de 12, 18 ou 21%. 

 

La nue-propriété

 

Ce dispositif vous permet d’acheter un logement à moindre coût en cédant l’usufruit à un tiers, qui peut alors disposer du bien comme il le souhaite pendant une durée déterminée à l’avance. 

 

La loi Malraux

 

Cette loi vise à protéger le patrimoine immobilier français. Elle propose des réductions d’impôt si vous investissez dans un bien ancien situé dans certaines zones prédéfinies et que vous entamez des travaux de réhabilitation pour le mettre en location.

 

La loi Monuments Historiques

 

Cette loi propose de défiscaliser jusqu’à 100% du montant des travaux de restauration si vous investissez dans un bien classé monument historique. Elle vise à encourager l’acquisition de bâtiments classés par le ministère de la Culture et nécessitant une restauration complète. 

 

Le statut LMNP  et la loi Censi-Bouvard

 

Le statut de LMNP est l’acronyme  de « Loueur en Meublé non Professionnel ». Il offre la possibilité de bénéficier d’avantages fiscaux si vous investissez dans une résidence de services. Vous pouvez alors déduire de vos revenus toutes les charges liées à l’achat du bien immobilier, et éligible au statut de meublé.

 

Le déficit foncier 

 

Si vous supportez des charges supérieures aux loyers perçus, on considère que vous en êtes en situation de déficit foncier. Cela peut notamment arriver si vous investissez dans un bien nécessitant des travaux de réparation ou de remise en état. Dans ce cas, vous pouvez soustraire ce déficit de votre revenu foncier ou de votre revenu global et ainsi, réduire votre base imposable. 


Investir dans l’immobilier locatif : nos clés pour réussir

 

Pour réussir son investissement locatif, il existe des éléments clés à bien garder en tête. 

 

Envisagez votre projet d’investissement dans la durée

 

Au moment d’élaborer votre projet d’investissement locatif, pensez à choisir une ville ou une région où vous n’aurez pas de difficulté pour louer ou revendre le bien. Vérifiez la proximité des écoles, des commerces, des transports en commun ainsi que la réputation du quartier dans lequel il se trouve. L’objectif est de garder votre logement occupé et vous assurer une plus-value à la revente.

 

Fixez le montant du loyer 

 

En tant que propriétaire, vous avez la liberté de fixer le loyer. Pour cela, prenez en compte l’état du bien, sa surface, sa localisation et les autres éléments qui peuvent le distinguer des autres logements (orientation, balcon, cave, etc.). Renseignez-vous sur les prix des loyers pratiqués dans le secteur. L’enjeu est d’augmenter vos chances de trouver des locataires et d’obtenir la meilleure rentabilité. 

 

Optimisez votre financement

 

Pour financer votre projet d’investissement immobilier locatif, vous pouvez aussi bien vous lancer sans apport ou combiner un apport personnel avec un crédit immobilier. Cherchez alors le meilleur taux, de façon à optimiser vos remboursements de prêt par rapport aux loyers perçus. Rappelez-vous que l’objectif est de rendre la mise en location de votre logement la plus rentable possible. 

 

Evaluez bien les frais : mensualités, charges, fiscalité

 

Faites le point sur les frais liés à votre investissement locatif. Si vous prenez un crédit, veillez à ce que votre effort mensuel reste faible. Pensez aussi à prendre en compte le coût des éventuels travaux, et n’oubliez pas de payer vos impôts ! Vous devrez notamment payer des impôts sur les loyers perçus. Pour cela, vous avez le choix entre le régime réel ou micro-foncier. Voyez lequel vous est le plus profitable afin de réduire vos impôts fonciers et optimiser votre rentabilité.

 

Renseignez-vous sur les dispositifs de défiscalisation

 

Investir dans l’immobilier locatif ouvre un certain nombre d’avantages fiscaux. Avec le dispositif Pinel, par exemple, vous avez la possibilité de réduire une partie de vos impôts sur 6, 9 ou 12 ans. De plus, rappelez-vous que l’immobilier neuf est aussi un gage de qualité et de durabilité, capable de séduire vos futurs locataires et répondant bien aux enjeux environnementaux actuels !

Autres articles similaires

Rejoignez la culture du mieux loger !

  • Toutes vos démarches simplifiées
  • 100% des annonces vérifiées
  • Accompagnés même après la réservation